Maude (réalisatrice, co-animatrice)

Maude (n. Laval, 1988) a grandi dans la deuxième couronne du nord de Montréal. Sa première expérience de la ville est associée à la pratique du skateboard. Sa carte mentale originale de Montréal est donc structurée autour des principaux « spots de skate » de la métropole. Après des études en géographie et en études urbaines, elle a travaillé quelques années comme professionnelle de recherche pour le réseau Villes Régions Monde - réseau de recherche sur la ville et l’urbain. Dans le cadre de sa thèse en géographie et en études urbaines (à l’UQAM et à l’Université de Nantes,) elle s’intéresse aux effets des conflits et contestations qui entourent les projets d’aménagement urbain sur les façons de construire la ville. En parallèle, elle s’est intéressée à la question de la fiscalité municipale dans un ouvrage collectif (Montréal en chantier, Écosociété). Dans ses temps libres, elle parcourt Montréal et sa banlieue à vélo et sort son skate à l’occasion.



Emile (co-animateur)

C’est en parcourant inlassablement la route 132 et l’autoroute 20, entre Montréal et Bonaventure, qu’Emile (n. Rimouski, 1991) développe une fascination pour les paysages et les gens qui les habitent. Dès qu’il le peut, il se met alors à gribouiller des cartes de ces territoires traversés, autant sur des napkins que sur des planches de plywood.

Formé en architecture, urbanisme et sociologie des paysages, il travaille entre 2015 et 2020 pour l’Enclume, un atelier de développement territorial. Il rejoint ensuite la firme Dark Matter Labs, où il pilote différents projets en gouvernance publique, réglementation urbanistique et finance environnementale. En 2019, il cofonde l’organisme Nouveaux Voisins qui vise à transformer la culture du gazon au profit d’espaces riches en biodiversité. Depuis, on le retrouve camouflé dans des jardins de plantes indigènes réfléchissant à des stratégies d’écologie urbaine - imaginant autrement notre relation à la nature, en ville.



Guillaume (co-animateur)

Guillaume (n. Laval, 1980) explique sa passion pour la ville par une enfance passée en banlieue, et par des escapades en solos à Montréal, à l’adolescence, où sous prétexte d’aller chez Steve’s ou chez Italmélodie — des magasins d’instruments de musique — il se découvrait un penchant pour le flânage. Et tandis que sa banlieue d’origine grugeait ses derniers espaces de liberté à coup de nouveaux développements, il s’installait durablement en ville et fera de l’étude des phénomènes urbains une carrière en devenant, en 2019, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM. Entre-temps, il a étudié en sociologie et en études urbaines, et a écrit quelques livres sur Beyrouth, la starchitecture et le patrimoine. Son prochain essai, La ville analogique (Atelier 10, 2022), sera une invitation au dialogue et à la rencontre tangible des corps et des visages dans l’espace, un peu à la manière expérimentée avec Cadre bâti.


David (monteur)

S’il fallait brosser une esquisse de David (n. Châteauguay, 1995), il faudrait commencer par ses parents, immigrants du Mexique. Peut-être faudrait-il aussi mentionner la campagne de son enfance, puis la banlieue de son adolescence et la ville (Montréal) de l’âge adulte. Son parcours dans les domaines des arts, de l’image et de l’artifice pourrait être à propos, qui sait. Si, aujourd’hui, il amorce des études aux cycles supérieurs en études urbaines à l’UQÀM, c’est peut-être un peu à cause du dialogue entre le voyage/la découverte et le cinéma, l’espace du rêve et la splendeur de la complexité urbaine.






Crédit photo ︎︎︎  Samuel Pasquier, 2021.








Cadre bâti

Un podcast sur la ville

À propos

︎︎︎ Bio de l’équipe

Ce podcast est un espace de réflexion et d’approfondissement sur différents sujets liés à la ville et aux phénomènes urbains. Sans se limiter à la culture matérielle, le titre — Cadre bâti — est une invitation à recadrer la réflexion sur l’urbain à toutes les échelles.

Autour des micros, des sacs de chips et des verres colorés, vous retrouverez Guillaume Ethier, Emile Forest et leur collaboratrice Marie-Sophie Banville.
Crédits

Cadre bâti reçoit le soutien financier du réseau Villes Régions Monde et de l’UQAM. 

La réalisation et la mise en ondes du podcast sont de Maude Cournoyer-Gendron. 

L’indicatif sonore est extrait de « Nouvelle joie nouvelle » interprété par feu doux, une musique de Christophe Lamarche-Ledoux et Stéphane Lafleur, avec l’aimable collaboration de Bravo musique

Graphisme : Dominique Ethier

Les épisodes sont enregistrés à Microclimat architecture.